Bientôt une année de COVID-19

Ou plutôt, bientôt une année de confinement. Et on ne sait toujours pas quand la vie reprendra son cours.

Ce 24 février était une journée spéciale, une journée de protestation. Toutes les MJ de la Fédération Wallonie – Bruxelles ont passé un message. Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse (si vous ne l’avez pas déjà lu) et je vous invite à relire mon édito de janvier sur le même sujet.

Et puis ce matin, une lueur d’espoir. On pense à nous dans les hautes sphères du monde politique. Est-ce par crainte d’un nouveau mai ’68 façon Coronavirus ? Est-ce une véritable prise de conscience des risques et des conséquences sur la santé mentale de nos jeunes et des citoyens en général ? Valérie Glatigny nous écrit, via sa page Facebook « Nos jeunes ont besoin de davantage d’interactions, de contacts. Je comprends l’appel des centres de jeunes, qui en sont les porte-parole : il doit être entendu. »

Une série de points seront avancés en vue du prochain CODECO :

1️⃣ Réévaluer les mesures en termes d’activités extrascolaires et sportives pour les 0-12 et les 13-18 ans en sortant de la logique des vases communicants qui opposent aujourd’hui des catégories de jeunes entre elles.
2️⃣ Augmenter la bulle d’activités pour les plus de 18 ans (passage de 4 à 10 contacts), notamment afin de limiter l’impact des mesures sur leur santé mentale.
3️⃣ Donner une feuille de route de reprise aux jeunes et des pistes pour les vacances de Pâques
4️⃣ Permettre le retour progressif en présentiel dans l’enseignement supérieur dès mars, avec, dans un premier temps, 20% de présence sur le campus.

Voilà qui est sympathique, il faut bien commencer quelque part. Et puis disons-le, nous avons le soutien de nos fédérations depuis le début, nos institutions ne sont pas en danger. Mais nos pensées vont aux jeunes et à leur bien-être.

Mon professeur de sociologie, Mr Jean-Marie Harvengt, figure incontournable de l’Aide à la Jeunesse et bien connu dans la région montoise, faisait une petite démonstration en début de son cursus. Ils demandait à ses élèves « qui s’est déjà fait agresser, réellement ? », « est-ce que vous avez peur de sortir en rue ? ». On ne voyait pas tout de suite où il voulait en venir, mais il avait toute notre attention. Rapidement il nous démontrait que la plus grande insécurité était « l’insécurité sociale ». Il aimait rappeler combien une système, solidaire comme le nôtre, était primordial à toute démocratie et au bien-être du plus grand nombre. « La sécurité sociale est un système assurant des ressources dans un certain espace financier prévu à cet effet ainsi que l’accès aux besoins essentiels » nous dit Wikipédia. Les besoins essentiels: « essentiel », le mot est lâché, à nouveau.

Mais alors quels sont-ils, ces besoins essentiels ? On sait tout qu’on doit manger, dormir, avoir un endroit où s’abriter, se laver, … c’est tout ? Ce sont les besoins physiologiques, mais il y en a bien d’autres, parfois tout aussi vitaux. Maslow, humaniste et psychologue, s’est penché sur cette hiérarchie des besoins au 20ème siècle. Il en a fait un schéma sous forme d’une pyramide.

Les besoins de sécurité, physique mais aussi morale arrivent en deuxième position. Au troisième étage on retrouve les besoins sociaux et affectifs. Il est donc une évidence : nous sommes insatisfaits depuis bientôt un an. Nous pouvons même dire que si nous sommes en insécurité, ce n’est pas du seul chef de la pandémie mais bien des mesures gouvernementales qui l’accompagnent ! Nos besoins essentiels ne sont plus assouvis.

Mais qu’est-ce qui est donc essentiel au yeux du monde politique ? Essentiel : la signification et le poids des mots. Eric Hazan, écrivain et éditeur s’est lui aussi penché sur le sujet dans son livre « LQR, la propagande du quotidien » en 2006. Eric Hazan appelle la Lingua Quintae Respublicae (LQR), par analogie avec la Lingua Tertii Imperii, langue du 3e Reich analysée par Victor Klemperer en 1947. Si Hazan n’établit évidemment pas d’assimilation entre néo-libéralisme et nazisme, il constate un même mode de fonctionnement, la recherche de l’efficacité aux dépens même de la vraisemblance. Ce nouveau langage plein d’euphémismes résulte de l’influence croissante, à partir des années ’60, de deux groupes aujourd’hui omniprésents parmi les décideurs, les économistes et les publicitaires.

On l’a bien compris, il y a ce qui est essentiel au système économique et ce qui ne l’est pas. Il n’y a pas de place pour l’humain dans cette logorrhée. Pas de place pour la culture, pour la fête, pour la jeunesse.

Or, aujourd’hui il est l’heure d’un premier bilan, d’une évaluation comme on le dit dans notre métier. Se sentir ou être jugé « non-essentiel » quand on se sent déjà en insécurité face à l’avenir, moralement et légitimement insatisfait ce n’est pas très bon. C’est dangereux. Ça peut mal finir, à bien des niveaux. Car la « foule sentimentale » dont parle Souchon avec beaucoup de tendresse, elle a soif de comprendre. Pour former une équipe, il faut un objectif commun, mais aussi de la reconnaissance. Il faut trouver un sens pour continuer sans se perdre.

Après un an de tentatives, de circulaires, de mesures, entre les experts qui tirent des plans sur la comète et les politiques qui se tirent dans les pieds, on a surtout l’impression d’un grand n’importe quoi. On ne sait pas où on va. Et peut-on en discuter autour d’une table, démocratiquement ? Non. Les lieux de culture et de rassemblements sont interdis et les contrevenants lourdement sanctionnés. Pouvons-nous réellement encore poursuivre nos missions ? Des citoyens critiques, solidaires, autonomes, actifs ? Vraiment ?

Dans un article du Soir signé par un collectif de haut vol, nous pouvions lire ceci « La lutte contre le covid-19 sauve sans doute des vies. Mais elle étouffe nos droits et libertés. L’état d’exception qui s’installe permet à la police de pénétrer de nuit dans les domiciles, de tracer les GSM sans ordonnance de juge, de restreindre le droit de manifestation, de suspendre le droit au travail, de maltraiter le droit à l’enseignement, de s’emparer de nos données médicales à des fins de contrôle, de limiter nos déplacements, de faire disparaître les droits culturels… Cette rétrogradation a lieu sans débat ni décision parlementaire et en contournant trop souvent les autorités de contrôle (section de législation du Conseil d’État, Autorité de la protection des données). » Nous ne pouvons malheureusement que partager cette vision. (lien vers l’article)

En conclusion (il faut bien terminer cet article un jour et le sujet est très vaste) je dirais que nous sommes face à un énorme défi. Outre le poids du défi écologique qui pesait déjà sur les épaules des plus jeunes avant cette crise, il y a aujourd’hui le défi de la démocratie. De croire en demain, de croire en l’importance de chacun des jeunes qui viendra pousser la porte de notre MJ. De croire que l’état de demain ne sera pas celui de la répression, du monde des lobbies et des industries. De croire que le citoyen aura encore droit et voix au chapitre.

Marc Van Malleghem, Coordinateur

Ci-dessous le texte publié collectivement par les MJ :

SOS JEUNES EN DÉTRESSE !

Les Centres de Jeunes (CJ) – qui regroupent les Maisons de Jeunes, les Centres de Rencontres et d’Hébergement et les Centres d’Information des Jeunes – lancent un cri d’alarme concernant la détresse dans laquelle se trouvent les jeunes ! En effet, isolement social, décrochage scolaire, voire décramponnage, anxiété, oppression familiale et états dépressifs sont des situations dramatiques dans lesquelles les jeunes se trouvent depuis le début de la crise sanitaire, il y a bientôt un an maintenant, et qui s’aggravent au fur et à mesure que le temps passe.

Face à cette situation alarmante dénoncée depuis de nombreux mois par les acteurs de terrain, la majorité des responsables politiques interpellés de toutes parts restent silencieux, trop silencieux ! Aujourd’hui, les Centres de Jeunes désirent pouvoir agir grâce aux compétences des équipes d’animation afin de permettre aux jeunes d’être hors de chez eux mais dans des espaces où ils peuvent être accompagnés, recréer des liens, se poser, être écoutés, partager, prendre des initiatives citoyennes, envisager des perspectives, se projeter dans cette société post-Covid-19.

Les jeunes sont essentiels ! Les CJ sont essentiels ! Nous plaidons donc pour la possibilité de travailler, d’être présents aux côtés des jeunes et ce, tout en respectant les mesures sanitaires évidemment, car il faut au plus vite réinvestir dans le lien qui est particulièrement protecteur pour les jeunes, leur bien-être et leur construction identitaire. Rappelons que les Centres de Jeunes ont pour mission de favoriser le développement d’une citoyenneté critique, active, responsable et solidaire, principalement chez les jeunes de 12 à 26 ans, par une prise de conscience et une connaissance des réalités de la société, des attitudes de responsabilité et de participation à la vie sociale, économique, culturelle et politique ainsi que la mise en œuvre et la valorisation de pratiques socioculturelles et artistiques.

C’est pourquoi, ce 24 février sera une journée d’actions diversifiées mises en place par les Centres de Jeunes sur tout le territoire francophone. Une manière de conscientiser la classe politique sur le caractère urgent de la situation et de porter les paroles des jeunes !! Dans le respect des règles sanitaires, il s’agira d’une mobilisation dans l’espace public et sur les réseaux sociaux. Nous allons relayer les paroles des jeunes.Parce qu’il est grand temps de permettre aux jeunes de reprendre le chemin de leurs vies dans le respect de tout un chacun !

Meilleure année 2021

Et on aimerait qu’elle le soit, meilleure, cette année 2021 ! Un retour à la « normalité » serait le bienvenu, car à la MJ, on doit bien le dire, on est en manque. En manque de culture et de mixité sociale…

En manque de fête, en manque de soleil, de stages et d’ateliers. En cette saison, on devrait vous parlez d’un concert au Centre Culturel avec nos amis du Kiwanis, on devrait imaginer le(s) voyage(s) de cet été, on devrait penser carnaval et costumes, se remettre un peu, aussi, des réveillons. On devrait penser à la venue d’une conteuse ou d’un conteur en partenariat avec la Régence… Mais là, on n’ose plus. On le souhaite juste, mais pas trop fort, même si on aimerait y croire.

Au-delà de ces évidences, on aimerait aussi vous dire combien la santé mentale est importante, tout comme la bienveillance et la solidarité. Car on sait déjà que la répression, la violence et la délation ne feront pas de demain un monde meilleur.

Chez nos amis Canadiens, la ministre de la santé Patricia Hadju s’en est inquiétée depuis le début : « Nous lançons dans les jours à venir, un outil virtuel de santé mentale auquel les Canadiens pourront accéder gratuitement, ce qui les aidera au moins à acquérir des compétences qui contribueront à réduire leur anxiété et leur peur » … « C’est pourquoi j’appelle également les Canadiens à être gentils les uns envers les autres ». On est bien loin de la délation ou de démonstration de force. Il faut faire montre d’empathie et de bienveillance.

Car l’impact sur notre fonctionnement au quotidien est bien réel. Comme le montre ce tableau ci-dessous, les difficultés ne sont pas rares, la plus répandue étant liée au sommeil.

Bien-entendu, de nombreuses initiatives sont aussi prises chez nous en vue d’un soutien psychosocial. On trouvera en ligne de nombreuses réponses à nos questions via différents sites ICI ou encore ICI. Mais les causes de ces troubles légitimes, l’isolement, le confinement, l’anxiété voire la peur seront toujours là. Pouvoir au plus vite retrouver une vie sociale et culturelle est pour nous essentiel au bien-être de la population et en particulier des plus jeunes qui vont aussi se construire pendant cette période.

Nos finalités sont la citoyenneté, l’expression, la solidarité mais aussi la critique du monde qui nous entoure. La responsabilité du jeune adulte face aux enjeux multiples que nous sommes tous et toutes amenés à vivre. L’animateur n’est pas un gardien de troupeau, il est la boite à outils, il propose des aventures à travers lesquelles le jeune pourra s’émanciper, s’exprimer, prendre sa place. Et c’est nécessaire, avec ou sans le soutien d’une structure et d’encadrants.

Aujourd’hui le champ des possibles est emmuré et on n’y avance que masqué. La cohérence des mesures prises influence la confiance des jeunes envers notre système socio-politique. Un cours ou un atelier individuel de 30 minutes, avec masque et gel à bonne distance physique serait-il plus dangereux que les files constatées dans les grandes surfaces pour les soldes ou à l’aéroport ? La liste exhaustive des analogies et des contradictions serait ici trop longue et futile mais les questions fusent et nos jeunes ne comprennent pas toujours.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, nous appelons donc de tous nos vœux un assouplissement rapide des mesures envers les secteurs sociaux et culturels en Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour que 2021 soit plus conviviale et emplie de chaleur humaine.

Marc Van Malleghem, coordinateur.

Reprise en douceur ?

Nous voilà en décembre… et toujours pas de retour à la normalité en vue. Qu’à cela ne tienne ! Nous avons décidé, avec les animateurs, de quand-même organiser un stage pour les petits (moins de 13 ans) à la fin du mois. En effet, si les mesures avec les plus de 13 ans sont très strictes, les consignes du ministère nous permette cette souplesse avec les plus jeunes de nos membres.

Pour les plus grands, faute de pouvoir les laisser venir dans leur MJ, nous organisons des activités « on line », via les réseaux sociaux ou des sites d’hébergement pour nos tutos comme Youtube.

Faute de chaleur humaine, nous avons déjà mis notre site aux couleurs des fêtes de fin d’année… On espère pouvoir vous recroiser très vite à la Maison des Jeunes et que 2021 sera une année plus agréable pour tous. 

Fermeture Covid-19

Vous l’avez déjà peut-être compris, la Maison des Jeunes du Grand Moulin ASBL va devoir temporairement fermer ses portes suite aux dernières mesures du CNS et de la Région. Pas de date de réouverture pour le moment, on vous tiendra au courant le moment venu.

Un permanence administrative a lieu et les animateurs, dans un premier temps, seront en télétravail. Si vous nous envoyez un message, nous vous répondrons au plus vite et avec plaisir. Vous trouverez nos contacts sur ce site.

Notez aussi que nous avons une nouvelle adresse pour notre site : http://www.mjneufvilles.net qui est plus facile à mémoriser.

A bientôt.

On ne sait plus sur quel pied danser…

… Mais c’est la rentrée !

Et nous, à la Maison des Jeunes du Grand Moulin, on reprend nos activités. Ou presque.

Nos stages de cet été étaient « full », et c’est bien.  Les jeunes se sont amusés : du sport, des jeux, de la culture et même un bar en palettes. Résultat sur notre page Facebook ou sur Instagram.

Nous avons encouragé les parents à rester dehors (il faudra encore continuer jusqu’à nouvel ordre) et nous avons respecté les bulles.   On adaptera nos mesures au fur et à mesure de l’année en fonction des directives.

Donc on continue en septembre.  Reprise de nos ateliers avec un peu de théâtre en plus cette année. Un nouvel horaire d’accueil plus adapté à la demande des jeunes et des activités pour les plus jeunes (ATL). Un clic sur l’image ci-dessous pour un grand format …

Autre grande nouveauté : Marjorie nos concoctera une fois par mois (plus ou moins) une activité ciblée, une sortie d’une journée : cinéma, musée, Made in Asia ou autre expo ! Surprise 🙂

Et aussi un concert dans le jardin le 19 septembre !!

Bref, ça bouge !  Restez informés via les réseaux sociaux ou ce site. A bientôt…

Reprise en douceur…

Nous voilà déjà en juin ! Le confinement a duré si longtemps.

Nous avions trop hâte de vous retrouver, c’est pourquoi depuis quelques semaines vous pouvez déjà passer nous faire un coucou à l’accueil, au jardin, au début seul… puis à deux, trois.

Aujourd’hui on peut se retrouver à plusieurs et on a donc définitivement lancer le programme des grandes vacances. Vous trouverez toutes les infos dans l’onglet *stage* ci-dessus.

Les normes restent cependant strictes : un masque et  une distance d’1m50 sont indiqués. Il faut toujours se laver les mains et nous passerons plusieurs fois par jour désinfecter les surfaces utilisées par les membres.

Pour ce qui est des ateliers, pas de reprise ou au cas par cas, si l’animateur vous le signale. Pas de concerts non plus, hélas, ni de grosse fête.

On espère vous recroiser bientôt ! Portez-vous bien.

L’équipe de la MJ.

Bonne année 2020

Nous voilà déjà en 2020, on vous souhaite encore une fois une bonne et heureuse année. On débute à la MJ par un stage recup’ brico palettes… Un petit stage qui va peut-être se transformer en atelier en raison de l’intérêt des jeunes !!

Ensuite, si nos activités habituelles continuent, veuillez déjà noter les dates de nos activités extraordinaires.

Un concert au Centre Culturel Victor Jara avec nos amis du KIWANIS et The Celtic Seven (1) pour la sortie de leur nouvel album « Back to Avalon », ne le ratez pas ! Le 25 janvier. 

Mais une semaine auparavant nous avons la chance d’accueillir deux groupes formidables dans nos locaux à Neufvilles. Stand For qui revient chez nous pour nous présenter de nouvelles compos et Crescent Sky, un groupe à couper le souffle, d’une technique remarquable. Le samedi 18/01 à 20 heures…

Fans de metal, soyez présents !! Ci-dessous une petite démo du batteur du groupe. 

En février nous avons aussi un magnifique programme : concert le 15/02 de Pop Shit et de Reckless Champs (Punk – Pop – Rock) et un spectacle de conte le samedi 8 février 2020 à 15h avec nos partenaires de La Régence.

La conteuse Kyung Wilputte invite petits et grands à partager un moment autour des histoires : albums jeunesse, comptines, jeux de doigts et de mains, chansons à gestes… s’entremêlent en fonction de l’énergie du moment présent.

MàJ – 15/01/20 – ET on a un super stage pour les jeunes durant les vacances de Carnaval !! Commedia dell’arte 🙂

(1) Un petit clic sur le nom des groupes dans l’article, comme toujours, pour suivre un lien vers une vidéo. 

Novembre et décembre au Grand Moulin !

Et voilà, le temps passe vite, novembre. On a passé une super fête d’Halloween, même si on a changé trois fois de magicien !  Certains ados, des parents, nous ont dit que le spectacle de magie n’était pas vraiment nécessaire… qu’en pensez-vous ?  « L’important c’est de se réunir et de faire cette belle marche dans les rues du village à la chasse aux bonbons » nous a-t-on dit. Alors, une nouvelle formule pour 2020 ? On attend vos avis.

A présent, c’est déjà la dernière ligne droite vers 2020 et les fêtes de fin d’année.  On a changé le thème de la page. 😉

Deux soirées en perspective : le 16 novembre on plonge dans l’alternatif.  Trois prestations, Jazz, Math-Rock, Noïsy, Sludge, Prog, etc. Difficile de « classer » ces groupes. Il faut venir l’esprit ouvert et s’attendre à entendre ce qui ne passe pas à la radio ou dans les médias en général. Aucun de ces artistes ne recherche le succès ou la célébrité. On est à l’opposé de The Voice ou de la Star Ac’. La démarche est artistique et c’est un voyage, une liberté. Gilles Def. (Installation – expérimentale – noise) – A-Faune (Prog – Sludge – Experimental) et Garcimore (Jazz – Math Rock)

Le 21 décembre, les Hélipocampes ouvriront le bal. Deux amis et un fiston (qui a pris des cours de batterie à la MJ, Kolia) sur scène pour notre plus grand plaisir. Des textes drôles et une musique joyeuse et accessible. Suivez le lien https://www.facebook.com/leshelippocampes/

Mais ce n’est pas tout, une JAM SESSION sera organisée pour la suite de la soirée. Ami musicien, apporte ta basse, ta guitare et tes cordes vocales. On s’occupe de l’ambiance 🙂

Les ateliers, l’accueil et l’ATL (6-13 mercredi et vendredi) continuent aussi. A bientôt.

 

Octobre à la MJ !!

Alors que l’automne pointe son nez, la cadence s’accélère à la Maison des jeunes… On a commencé octobre en trombe avec un magnifique partenariat pour un Festival à Horrues le samedi 05 octobre, le Festif’Val.  Plus de 200 personnes sont venues pour cette belle première, une réussite !  Merci à tous et plus particulièrement à Horrues Festif’, nos partenaires, et aux groupes Lady Lullaby, Pop Shit, Sunseekers et Hygiaphone.

Toutes les photos sont sur la page d’Horreur Festif’ 

A la Mj on a la chance d’avoir ce 12 octobre Melfiano, le célèbre rappeur sonégien, qui viendra en exclu’ présenter son prochain EP « Café Noir » on parle même de nous dans la presse et le concert est SOLD OUT depuis plusieurs semaines… Il faut dire qu’il s’est bien entouré – Hexaler – Sampaï etc.  

Un très belle soirée en perspective !

Comme chaque année nous organisons une marche en soirée avec les plus jeunes pour Halloween, le 31 octobre. Un magicien viendra animer le début de soirée… Deux groupes seront constitués afin de préserver les plus jeunes de la « fougue » des plus grands. Les groupes sont encadrés par des animateurs.

 

Un stage créatif sera également organisé :

A bientôt !! 🙂

Quand vient la fin de l’été…

Et voilà déjà que les grandes vacances touchent à leur fin !  Des congés bien remplis pour la Maison des Jeunes : des activités culturelles, ludiques, créatives et sportives. Des stages (très) complets… Et la vie au grand air !  Y’en a eu pour tous les goûts et pour tous les âges. Une belle réussite, aussi grâce à une équipe d’animation motivée et motivante : Mélisandre, Marjorie et Loïc. Merci à eux et à tous les jeunes qui sont venus partager ces moments avec nous !

Vous pouvez retrouver quelques photos de ces stages sur notre page Facebook et sur notre Instagram… Mais voici déjà un échantillon :

Les ateliers reprendront à partir du 17 septembre.  Plus d’infos cette semaine sur le WEB.  Vous pourrez aussi nous rencontrez le 08 septembre au Salon de l’Extra-scolaire de la ville de Soignies  

A bientôt !